6 août 2019 Justine Pelerin

LES BREVES DU 6 AOUT 2019

Le 6 août 2019

Six ans de plus pour les infirmiers hospitaliers ?

Les infirmiers et les aides-soignants hospitaliers pourraient, selon un article paru dans jim.fr, être lésés par les changements à venir de la réforme des retraites. Le projet parle de supprimer « la catégorie active des paramédicaux ». Or celle-ci prend en compte la pénibilité d’exercice en permettant un départ anticipé à 57 ans de certains infirmiers hospitaliers qui ont opté pour la catégorie B de la fonction publique. Même les professionnels des catégories B et C (les aides-soignants en l’occurrence) pourraient perdre l’avantage d’une fin de carrière à 57 ans, précise l’article. « Concrètement pour tous ces professionnels ce sont 6 ans de plus à travailler au minimum ! » selon la Confédération nationale infirmière (CNI) qui promet, « la rentrée de septembre promet d’être agitée car il est certain que nous ne resterons pas sans réagir à ces attaques contre des professionnels investis au quotidien dans la prise en charge des patients ».

 

Alerte de l’OMS sur l’usage des cigarettes électroniques

D’un côté, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) qui juge la cigarette électronique « incontestablement nocive » pour la santé, de l’autre la Fédération interprofessionnelle de la vape (Fivape), qui dénonce de « fausses informations ».

Dans nouveau rapport, l’OMS alerte encore une fois sur l’usage nocif de la cigarette électronique en précisant que, les utilisateurs (d’e-cigarettes) continuent en général de fumer des cigarettes combustibles en même temps », d’où un impact réduit sur les risques sanitaires.

En tout état de cause, les conséquences de l’e-cigarette sur la santé sont encore à l’étude et nous manquons de recul. Pour autant, les liquides utilisés pour produire les vapeurs inhalées posent problème. Ils contiennent de la nicotine, une substance très addictive et susceptible d’affecter le développement du cerveau, mais aussi souvent des particules fines qui peuvent se fixer dans les tissus pulmonaires.

Mais, certains addictologues encouragent l’usage de la cigarette électronique dans le cadre du sevrage tabagique. Car pour eux, l’adoption de la vapoteuse présente, à court et moyen terme, une réduction de risque majeur en comparaison de la poursuite du tabagisme.

Alors si, la cigarette électronique ne semble pas dénuée de risques mais, dans l’état actuel des connaissances c’est moins que le tabac.

 

Les choses sérieuses commencent 

 

Les principales mesures de la loi relative à « l’organisation et à la transformation du système de santé », ont été publiées au Journal officiel le 26 juillet.

 

 

Health Data Hub – La « Plateforme des données de santé », ou Health Data Hub, va se substituer à l’Institut national des données de santé (INDS) avec des missions enrichies (article 41). La structure  qui va « réunir, organiser et mettre à disposition les données du système national des données de santé (SNDS) », devra aussi « promouvoir l’innovation dans l’utilisation des données de santé », favoriser l’interopérabilité des données.

Conformité aux référentiels d’interopérabilité et de sécurité – Justement, l’article 44 définit l’interopérabilité des systèmes d’information, services et outils numériques en santé. Il impose la conformité aux référentiels d’interopérabilité et de sécurité des outils utilisés par les professionnels de santé, les établissements des secteurs sanitaire, médico-social et social et les organismes d’assurance maladie.

ENS et DMP – L’ouverture de l’ENS à la naissance des usagers sera, sauf opposition, automatique et gratuite (article 45). A partir du 1er janvier 2022, l’usager pourra accéder à ses données administratives, à son DMP, à ses constantes de santé éventuellement produites par des applications ou objets connectés référencés, à ses données de remboursement et à des outils permettant des échanges sécurisés avec les acteurs du système de santé. L’article 50 de la loi prévoit lui l’ouverture automatique du DMP, sauf opposition de l’usager.

Télésoin – La notion de « télésoin » est définie dans l’article 53 comme la pratique de soins à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication entre un patient et un ou plusieurs pharmaciens ou professionnels paramédicaux.

E-prescription – Le gouvernement est habilité ,grâce à l’article 55, à prendre des ordonnances afin de généraliser par étapes la prescription électronique (e-prescription) d’ici 2021, conformément à la stratégie « Ma santé 2022 ». Celle-ci fait l’objet d’une expérimentation dans trois départements (Val-de-Marne, Saône-et-Loire et Maine-et-Loire) depuis 2017. La phase de généralisation débutera en 2020.

E-carte Vitale – L’expérimentation, pour 12 mois, d’une carte Vitale dématérialisée, ou « eCarte d’assurance maladie », va être lancée à la rentrée de septembre 2019. Elle concerne les caisses primaires d’assurance maladie (CPAM) du Rhône et des Alpes-Maritimes et les caisses de la Mutualité sociale agricole (MSA) Ain-Rhône et Provence-Azur.

Tour de France de l’e-santé – Le « tour de France de l’e-santé » fera étapes dans 17 villes en France métropolitaine et en outre-mer entre septembre 2019 et février 2020.

 

Plus de détails dans l’article de Ticpharma

https://www.ticpharma.com/story/1032/feuille-de-route-du-numerique-en-sante-les-choses-serieuses-commencent.html

 

L’accélération de la transformation digitale souvent refusée

Selon Fred Cavazza* de nombreuses entreprises et organisations ont une vision à court terme qui ne prend pas réellement en compte les enjeux de l’accélération numérique… le numérique est un sujet absolument prioritaire… pour les autres !Saviez-vous, rappelle Fred Cavazza dans son article, que :Les 2/3 de la population mondiale sont équipés en terminaux mobiles, soit près de 4 MM de mobinautes ;

  • 3,5 MM d’internautes sont actifs sur les médias sociaux ;
  • La moitié des internautes utilise un bloqueur de publicité, tandis que 40% écoutent des podcasts ;
  • La moitié des internautes de 16 à 34 ans ont fait au moins une recherche vocale dans le mois ;
  • 1/5 des internautes regardent régulièrement des contenus relatifs aux sports électroniques…

La quatrième révolution industrielle est donc en marche, elle transforme l’industrie et touche également de nouveaux secteurs d’activité, ceux que l’on croyait à l’abri comme la santé. Le grand public commence à prendre conscience de la place que le numérique occupe dans le quotidien, mais cette prise de conscience se traduit par une méfiance accrue et une volonté d’y remédier… Il y a donc un décalage entre l’opinion publique (du moins ceux qui font le plus de bruit) et les nombreuses initiatives lancées par le Gouvernement…

L’accélération numérique est une réalité, vous ne pouvez pas lutter contre…  Se priver de numérique aujourd’hui, c’est un peu comme se priver d’électricité …  et si 90% des personnes interrogées sont conscientes de l’importance du numérique dans le monde professionnel, seul 1/3 envisage de se former en conséquence et de changer de poste…

Bref, les salariés trainent des pieds, pour des raisons plus ou moins légitimes, et pendant ce temps-là, la dette numérique se creuse et les GAFAM continuent de consolider leurs positions dominantes…

Fred Cavazza conseille donc

1° une remise à niveau régulière des compétences internes,

2° une évolution du SI et l’adoption de nouvelles pratiques pour libérer le potentiel des données,

3° le développement de nouvelles offres pour mieux s’adapter aux nouvelles contraintes du marché et attentes des consommateurs.

 

*https://fredcavazza.net/2019/07/25/lacceleration-de-la-transformation-digitale-est-une-realite-que-beaucoup-refusent-encore/

 

La France reste au 16e rang mondial de l’innovation

Selon l’indice mondial de l’innovation 2019, la France est le 16e pays le plus innovant de la planète. La lourdeur de ses institutions et la qualité du climat des affaires semblent à l’origine de ce mauvais résultat.

Par contre, elle est bien notée pour les investissements en recherche, le développement de ses entreprises et ses infrastructures en télécommunication. La qualité des universités et de la recherche française sont remarqués.

https://www.maddyness.com/2019/07/24/france-16e-rang-mondial-innovation/

 

Des développements grâce aux infirmières 30/07/19

Le nombre d’infirmières qui utilisent Monali ne cesse pas d’augmenter. Un grand merci à toutes celles qui nous apportent leurs idées pour faire évoluer la plateforme.

Ainsi, pour leur éviter de passer un temps fou à déposer et récupérer les ordonnances de leurs patients à la pharmacie, elles peuvent désormais les envoyer, en parfaite sécurité, directement vers la pharmacie du patient !
Il reste juste à passer à la pharmacie pour déposer l’ordonnance originale et à récupérer les produits ! Il est aussi possible de démarrer une conversation avec la pharmacie pour connaitre le délai de préparation, l’heure à laquelle passer.

Nous vous rappelons que si vous recherchez des produits professionnels à bas prix, sur l’incontinence, l’hygiène et les soins, Monali a une solution pour vous :

https://shop.monali.fr

A bientôt pour d’autres nouveautés déployées grâce à nos utilisateurs.

L’équipe Monali

 

Synthèse réalisée par Philippe Duperray