25 mars 2019 Justine Pelerin

Brèves du 1er Mars 2019

Le 1er mars 2019

 

Les actions des Agences Régionales de Santé

 

En 2018, l’ARS Centre-Val de Loire a financé du matériel médical pour un montant de 5 495 441 € aux établissements du secteur médico-social. Ce soutien est destiné aux personnes âgées, sur l’ensemble des départements de la région Centre-Val de Loire. Cela permet d’améliorer les conditions de vie et de faciliter la quotidien des résidents et du personnel. Des lève-personnes, chaises de douche électriques, fauteuils roulants, fauteuils pèse-personne, lits, rails de transfert sont ainsi fournis.

Pour information, nous venons de présenter Monali à l’ARS Centre-Pays de Loire dans le cadre de l’appel d’offre pour les Services Numériques d’Aide à la Coordination.

 

De son côté, l’ARS Île-de-France dresse un premier bilan positif des mesures mises en place en faveur de l’accès aux soins. Dans un document intitulé « Renforcer l’accès aux soins en Île-de-France : point d’étape à fin 2018 », l’Agence témoigne de l’intensification de la territorialisation des actions de l’ARS et de sa volonté de réagir face au constat que les conditions d’accès à des professionnels de santé, en particulier à des médecins généralistes, se sont largement dégradées en quelques années. L’Île-de-France est même la région qui compte le plus d’habitants n’ayant pas accès à un médecin de façon satisfaisante. L’Agence rappelle aussi que le renforcement de l’accès aux soins passe également par le développement du numérique en santé.

Le rapport est sur le site internet de l’ARS Île-de-France

 

Savez-vous ce qu’est la PAPS ?

Le portail d’accompagnement des professionnels de santé (PAPS) est un service d’information de proximité développé par les agences régionales de santé pour orienter les étudiants, internes, médicaux et paramédicaux à chaque étape clé de leur vie professionnelle.

L’ARS Occitanie souhaite ainsi accompagner sur la durée les professionnels de santé, les informer et faciliter leur installation dans les territoires fragiles afin de répondre aux besoins de santé et de réduire les inégalités d’accès aux soins.

Pour connaître toutes les clés pour se former, s’installer et exercer en région, le référent installation est le Dr Eric Schwartzentruber. Neuf professions sont présentées dans les PAPS : médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes, orthoptistes et pédicures-podologues.

Info sur http://www.occitanie.paps.sante.fr/Accueil.38884.0.html

 

 

Les infirmières, l’OMS, le rapport Aubert et la consultation préopératoire

 

Pour Howard Catton, le Directeur des Soins Infirmiers, Politiques et Programmes du Conseil international des infirmières (CII, « les infirmières jouent un rôle central pour réaliser et porter les politiques de santé mondiales, en assurant l’accès aux soins de santé et aux soins de santé primaires. Nous devons faire pression sur l’OMS et les gouvernements pour qu’ils investissent dans les soins infirmiers et soutiennent le développement des infirmières leaders.» Car les infirmières sont un rouage essentiel de la capacité des pays à répondre aux priorités en matière de santé et à réaliser les objectifs de développement durable.

 

En France, on parle beaucoup du modèle de « paiement combiné » avec le rapport Aubert et de quatre autres modèles :

  • le paiement à la performance,
  • le paiement pour la structuration du service (par exemple, aux enveloppes accordées aux maisons de santé pluridisciplinaires),
  • le paiement à la séquence de soins avec une même enveloppe la prise en charge hospitalière et libérale,
  • le paiement au suivi, pour les pathologies chroniques. Celle-ci pourrait se révéler intéressante pour les Idel, qui seraient rémunérées forfaitairement pour la prise en charge d’un patient et ne seraient, par conséquent, plus obligées de coter chaque AIS.

 

Infirmiers et infirmières peuvent jouer un rôle prépondérant avec les consultations infirmières préopératoires. En effet, ils donnent alors au patient toutes les informations nécessaires au bon déroulement de la chirurgie ambulatoire et ils le rassurent.

Le rôle des infirmières dans cette nouvelle organisation des soins est de « rendre le patient acteur de sa prise en charge et autonome », précise Isabelle Largouët, cadre de santé au groupe hospitalier Bretagne Sud (GHBS) dans un article d’Espace infirmier. C’est aussi ce qui ressort de l’expérience au CH de Dax après la mise en place de Monali.

 

Philippe Duperray